mardi 13 octobre 2020

Secrétariat n°4

Secrétariat semaine du 5 au 9 octobre 2020 [Garance]
 
• 5 octobre Méthodologie
M.Vayer : Bon on va le faire là parce que la semaine prochaine on peut pas, donc là on fait les élections. Bon par contre c’est pas moi qui m’en occupe hein… *rigole*
*blanc dans la classe parce que personne ne veut se dévouer*
*Eliot, Ninon et Andréa lèvent la main*
M.Vayer : Ok vous trois alors. *Iels vont sur l’estrade*
Andréa : Bon qui veut ?
Ninon : *Note Séléna et Julie puis Coco et Charlie*
M.Vayer : C’est qui ça Coco ? C’est pas un prénom d’Etat civil ça.
Ninon : *Note Mathieu et Oz qui viennent de lever la main, et change « Coco » pour Coraline*
Andréa : Tout le monde est d’accord si on fait deux délégués ? Ok ?
Séléna : Est-ce qu’on fait des discours ?
La classe : Ho oui grave !
Yoana, en se levant : Heu alors par contre je vous interromps mais les feuilles j’en ai besoin là. Lili tu te sens visée ?
Quelqu’un dans la classe, en chuchotant : C’est vraiment Yo la déléguée.
Julie O : On vote pour deux personnes Andréa ?
Andréa : Oui que deux.
*brouhaha général*
 Ninon : Excusez- moi… Mouais bof le silence… tout le monde écrira bien deux noms sur son     papier.
Eliot : Heu tout le monde a un papier ?
M.Vayer : Séléna tu veux faire un discours ?
Séléna : Heu ouais, Julie tu viens ?
*Vont sur l’estrade*
Séléna : Heu chut.... Bon je veux me présenter car je suis déléguée depuis la 4ème…
Julien en la coupant : Tu peux parler plus fort ?
Séléna, plus fort :  ...et c’est un job qui me tient à coeur et que j’aime bien, je sais que je suis nouvelle mais je veux essayer de subvenir à tous vos besoins du mieux que je peux, donc votez pour moi voilà.
*Elles partent, Coraline va sur l’estrade*
Coraline : Je me suis présentée parce queeee… Y avais personne. Non en vrai je suis organisée et bon heu… Je vais subvenir à vos besoins… *rires*
*repart et laisse sa place à Mathieu*
Mathieu : Bon j’aime bien être médiateur entre les profs et les élèves, bon après je suis pas très organisé mais je promets de faire des efforts.
Andréa : Bon si tout le monde est passé on peut passer au vote.
Eliot : Vous voulez venir déposer vos papiers ou on passe ?
*blanc*
*rires de la classe*
Eliot : Bon ok on passe.
*passe avec le bob Roméo Elvis*
Andréa, s’adressant à la salle puis à Eliot : Tout le monde a bien voté ? On enlève les blance et les nuls du coup.
Andréa et Eliot tirent les noms et Nino écrit au tableau.
*pleins de bruits dans la salle*
M.Vayer : Hohoho c’est un moment où on écoute normalement.                                           
*à voix plus basse* même si c’est pas très passionnant…
Résultats :
Séléna (déléguée) + Julie O (suppléante)
Coraline (déléguée) + Charlie (suppléant)
Mathieu (délégué) + Oz (suppléant)
25
12
21
Andréa : Monsieur on jette les papiers ?
M.Vayer : Oui mais il faut que vous proclamiez les délégué.e.s.
Andréa : Bon… Séléna et Mathieu vous êtes les délégué.e.s pour cette année 2020-2021
M.Vayer : *note les noms puis va devant un pupitre*
Bon maintenant je vais vous faire la messe. Non, plus sérieusement on a rendu les footings graphiques, on va pouvoir traiter la question du design mais bon…On verra ça plus tard. Donc les oiseaux, ça c’est un livre de ma contribution *en montrant l’ouvrage posé sur le pupitre* C’est des aquarelles assez exceptionnelles de Jean-Jacques Audubon, un nantais devenu améruicain vers la Révolution. Bref donc l’idée c’est de ramener des documents pour constituer une bibliothèque de classe. Si vous prêtez un truc pensez à mettre votre nom, si c’est à la bibliothèque vous mettez une feuille de référence.
*les élèves passent, donnent le titre de leur livre puis vont le ranger sur l’étagère mise au fond de la classe *
M.Vayer : Ok, bon. Le but du jeu là, c’est d’augmenter cette bibliothèque parce que là de mon point de vue y en a pas du tout assez. Je vais mettre un cahier vous noterez  et vous poserez vos bouquins. Là ça repose sur votre initiative personnelle, ce qu’on dit on le fait ok ? Donc le but c’est comme dans une bibliothèque de noter ce que vous empruntez, mais encore une fois ça repose sur vous. Il faut cinq fois ça, là on a que dalle. Bon voilà. Donc le planning on vous l’a donné la semaine dernière, vous l’avez ? On avait prévu d’aller dessiner au muséum d'histoire naturelle mais on peut pas à cause des mesures covid, on a essayé de forcer mais en terme de groupe c’est pas possible. Individuellement n’hésitez pas à y aller, on voulait y dessiner les oiseaux qyui sont “empaillés” comme on dit vulgairement. Et la semaine prochaine on sort, et même cette semaine on sort non ?
Mathieu : On sort quand ?
M.Vayer : C’est marqué sur l’emploi du temps. Bon pour clôturer cette séance, on va travailler la semaine prochaine là-dessus, mais j’ai été ce week-end à Lille pour voir une très grosse expo sur le design, car Lille c’est la capitale mondiale du design, et j’ai appris beaucoup de choses, on se rend compte que le design irrigue tout… Donc pour la semaine prochaine j’aimerais que vous notiez : “Le design est partout ?” et j’aimerais que vous lisiez le design, mode d’emploi en notant des infos et ds réflexions personnelles. Bon. Merci à bientôt.
       
AP :
Séparation en groupe 1 et 2, chaque groupe avec un.e professeur.e différent.e.
*on rend nos travaux sur les espaces de travail, et on traîne à les rendre*
M.Capdeville : Alleeeer… Quand on pense qu’il y a des gens qui envoient des sondes sur Mars… Ils viennent pas d’ici hein. Bon alors sur ces deux prochaines semaines on est séparés en deux groupes, avec Mme.Gillot ils travaillent sur le jdb et ici on travaillera sur les prises de note graphiques. Vous avez tout le temps cette question de la prise de note, en générale chez vous elle est linéaire, et ça c’est pas une méthode qui fonctionne bien. Le mieux c’est une prise de note graphique, par exemple en partant du milieu et en faisant des branches, ça peut s’appeler le mind map, une carte mentale et par abus de langage du scribbing.
Charlie : Mais ce que je trouve compliqué c’est que des fois au début vous donnez pas les titres donc j’arrive pas.
M.Capdeville : Oui il a absolument raison ça  c’est un problème quand on écoute quelqu’un parler. *en montrant son power point* Dans les conseils pour vous aidez il y a la feuille à l’horizontale, une image centrale, éventuellement la couleur, on peut classer, numéroter… Là où le graphisme va beaucoup plus vite que l’écrit c’est qu’on peut utiliser des codes, des étoiles, et rendre le tout beaucoup plus rapide et lisible que si ça avait été à l’écrit. Bon la forme qui est là c’est un genre de forme idéale. Donc ce que je vous conseille c’est de sortir de cette linéarité, occupez toute la page, vous balancez les mots d’un côté ou de l'autre de la feuille en fonction de leur lien.
Bon je vais vous passer un fichier audio, votre rôle c’est de prendre des mots, écrire des noms propres… On utilise des raccourcis pour écrire parce que vous voyez bien que sinon c’est très dur.
*différentes écoute + prise de note graphique individuelle puis on pose nos prise de note au fond pour en discuter (donc pas de trace écrite de ce moment mon cahier étant sur la table avec les autres, navrée)*
M.Capdeville : Là on vous propose ça, libre à vous de vous entraîner et vous le ferez si vous voyez que c’est un gain de temps pour vous. Vous trouverez vos marques et ça sera très efficace.

• 6 octobre
M.Vayer : Bonjour tout le monde ! On regarde les footings graphiques et puis nous sortirons , comme prévu. Donc rapidement il y a plusieurs choses qu’on a relevées, c’est la question du cadre. Il y en a certain.e.s qui ont utilisé.e.s la page comme cadre. Le but c’était de trouver des solutions pour que le panoramique s’exprime dans la double page. Soit faire le cadre puis remplir soit dessiner et faire le cadre ensuite. Imaginons qu’on dessine sur la page sans cadrer ensuite on peut faire “ha ça c’est intéressant” et insister dessus en cadrant en cours de route.
Mme.Gillot : Ce qui est intéressant c’est de changer de manière d’attaque, commencer par le centre et modeler autour par la lumière. Même avec un bic on peut travailler par la tâche.
Mathieu : Mais du coup qu’est-ce que vous voyiez en disant panoramique ?
M.Vayer : Bah vous qu’est-ce que vous voyiez ?
Mathieu : Bah un dessin en longueur sur la page ?
M.Vayer : Je sais pas moi j’ai attaqué sur la notion de cadre… Vous qu’est-ce que vous avez fait ?
Eliot : Je dirais que c’est pas un dessin qu’on pourrait cadrer en vrai parce qu’il sortirait du cadre…
Mme.Gillot : Je vois l’idée…
M.Vayer : C’est très flou vraiment.
Ninon : Bah c’est des vues d’ensemble.
*rires*
M.Vayer : C’est intéressant que vous ne puissiez pas l’expliquer de façon claire. Pour rebondir sur ce que tu disais, il faut tendre vers le travail de la lumière, plutôt que de passer par le travail des formes, travailler la lumière. Alors évidemment ça s’apprend. L’idée c’est de ne travailler parfois que par l’ombre et la lumière.
Mme.Gillot : Ce que j’aime bien c’est la musicalité de votre travail, certains j’imagine un bruit fort et très régulier du crayon sur le papier, et ça peut être intéressant de jouer avec des rythmes et des intensités différentes.
M.Vayer : Les rythmes et les intensités c’est important oui. Bon les footings graphiques  de la semaine prochaine, on dit 3 plans, vous cadrez avec un carton, en regardant au travers, vous zoomez… Donc 3 plans dans un cadre.
Mme.Gillot : De près de loin on travaille avec sur l’expression de la profondeur, devant, derrière…
M.Vayer : Outils variés, noirs et blanc,sauf crayon bois ! Bon sauf si c’est du 8B, 9B… Et 5 du coup, vous en faites bien le nombre demandé ! Et bon 15, 20 minutes.
Mme.Gillot : Et on part après donc on en parle un peu avant ?
M.Vayer : Oui il faut se couvrir, prendre un parapluie parce qu’on va dessiner, dessiner, dessiner… Et aux crayons de cire !
Mme.Gillot : On se met dans la peau d’une poule ! Non on se met dans la peau d’un naturaliste et on les dessine avec un regard documentaire.
M.Vayer : On tourne autour de l’objet qu’on dessine, on fait des annotation, des légendes… Quoi d’autre ?
Anouk : Peut-être qu’on peut faire des zooms sur les parties intéressantes.
M.Vayer : Il faut garder un regard objectif, on est dans le réalisme, il faut que ça soit compréhensible, que ça communique.
Mme.Gillot : Vous allez être confronté.e.s au vent donc il va falloir trouver des solutions. Fonctionnez par série et dessinez le même oiseau plusieurs fois en faisant des dessins les uns à côté des autres. C’est important pour garder en mémoire, vous les dessinez sur la même page les uns à côté des autres, au fur et à mesure qu’ils bougent.
M.Vayer : Et grand format, pas des petits trucs !
*sortie au jardin des plantes + accrochage de nos travaux une fois rentré.e.s*
Mme.Gillot : Donc il faudrait parler de vos dessins maintenant par rapport aux objectifs de base.
M.Vayer : Est-ce que vous avez tourné par exemple autour des oiseaux !
Mme.Gillot : Variez les points de vue… C’est rare qu’on ait le canard tout aligné, en frontal.
M.Vayer : On se retrouve avec des figurations, c’est le canard que vous avez dans votre tête, que vous connaissez, pas celui que vous avez vu. Vous prenez pas de note là, allez écrire.
*déplacement de la classe et temps de prise de notes*
Mme.Gillot : Donc ça rejoint ce qu’on vous a beaucoup dit sur place, il faut regarder en dessinant, lutter contre cette envie d’inventer.
M.Vayer : Les croquis et dessins les plus efficaces là c’est pas les plus séduisants. Il y en a certains qui cumulent les deux, efficacité et réalisme mais en général non et c’est normal. Alors, qu’est ce que vous avez pensé d’utiliser ces crayons ?
Séléna : Au début ça m’a beaucoup embêtée que le crayon soit épais et peu précis, mais au final c’est très pratique pour les mélanges.
Eliot : C’est agréable, ça glisse bie, et ça permet beaucoup de couleurs.
Mathieu : Je trouve ça difficile de gérer l’outil, aussi à cause de la précision, et ça salit beaucoup la feuille aussi.
Mme.Gillot : Qu’est-ce que vous avez appris alors grâce à cet outil ?
Charlie : J’ai trouvé ça plus facile d’avoir des textures différentes, j’ai appris à faire des mélanges du coup.
M.Vayer : Oui donc il y a beaucoup d’avantages à cet outil, on passe pas par une palette, c’est pas comme la peinture. Bon et est-ce que vous avez réussi  à aller du clair au foncé ? Vous avez même pas besoin d’utiliser du noir normalement, peut-être que la prochaine fois ça serait intéressant de pas en emmener du noir. Bref, vos objets représentés ici ils sont complètement décontextualisés là, on voit bien qu’ils sont pas plantés dans de l’herbe ou de l’eau.
Mme.Gillot : La prochaine fois on essaiera d’apporter des touches, de travailler par touches pour apporter plus de texture. Bon et je trouve que ça été une très bonne séance là en terme de posture.
M.Vayer : Oui et vous savez pourquoi on fait ça ? Là pour les deux prochaines semaines on est sur une phase documentaire, pour acquérir des connaissances sur les oiseaux autour de nous. Et cet aspect document issu des bouquins ça passe beaucoup par le dessin, vous pouvez dessiner les images des bouquins aussi.
Mme.Gillot : Juste le détail des sources, vous pouvez continuer ce travail in situ, en prenant des photos.
M.Vayer : Ces dessins là ils font mémoire, d’ici 30 ans ça n’existera peut-être plus des des oiseaux comme ça. Bon, à demain.

• 7 octobre
Matin :
M.Capdeville : Bon comment ça s’est passé hier ? Je vois des canards, des poules d’eau, des perruches… Est-ce qu’on vous a donné des consignes particulières sur place ?
Charlie : On devait avoir un regard documentaire.
*Madame Gillot entre*
Mme.Gillot : *commencent à écrire au tableau*
“Nichoir(s) pour sauvage de LA”
Vous verrez pourquoi le s est optionnel. Et donc pourquoi est-ce qu’on vous demande de travailler sur les oiseaux ?
Ellee : M.Vayer a dit que c’était à but mémoriel et que dans 10 ans il n’y en aurait peut-être plus donc il fallait en garder une trace comme un témoignage.
Mme.Gillot : Voilà donc c’est important dans votre sujet que vous ayez une démarche écologique. Et là ce qui est important aussi c’est qu’on rentre dans une phase de documentation et que donc vous allez puiser dans des bouquins, internet, et plus tard une rencontre avec une personne de la ligue de protection des oiseaux. Là aujourd’hui vous allez chercher des sources et puis vous allez réfléchir aux différentes choses dont vous avez besoin . Il est 13, on se dit vers 25… Donc ça veut dire qu’il faut commencer à noter en arborescence, il faut commencer à réfléchir au thème et au problème;
*chaque élève fait sa carte mentale de son côté*
Mme.Gillot : Alors qu’est-ce que vous proposez ?
Charlie : Déjà on peut se demander où ? Quel endroit est le plus adapté à leurs besoins au niveau de besoin de la lumière, de l’humidité, des prédateurs…
Mme.Gillot : Alors déjà on doit se documenter, se renseigner sur l'environnement, sinon on risque de se précipiter. Et on va pas raisonner en terme de réponses on va raisonner en terme de besoins.
Mathieu : Heu pour qui on le fait ? Pour quelles espèces d’oiseaux tout ça ?
Maélie : Quels sont les différents type de nichoirs ?
Mme.Gillot : L'existant, on appelle ça l’existant en design. Ha mais tu parles de nichoirs inventés par l’Homme ?
Maélie : Pas forcément, en fonction de leurs besoins en fait.
Mme.Gillot : Oui, donc leur environnement direct… J’ai pas le bon mot là…
M.Capdeville : Tu veux dire le biotope ? La place qu’occupe l’espèce parmis les autres oiseaux ?
Mme.Gillot : Quand on rentre dans un sujet comme ça il faut le connaître, il faut qu’on apprenne à parler des oiseaux, au moins le vocabulaire de base. Donc si il y a des migrations…
M.Capdeville : Il y a la question de la nidification, des œufs, combien il y en a.... Donc ce dont je vous parlais c’était la question du gabarit, en fonction de la taille de l’entrée on peut interdire le nichoir à certaines espèces.
Mme.Gillot : Qu’est- ce qu’il y a comme dimension pas écologique ?
Baptiste : La dimension esthétique ?
Ellee : Et l’observation aussi.
Mme.Gillot : Oui voilà, nous on a une dimension en plus qui est la dimension écologique. Qu’est-ce qu’il peut y avoir d’autre ? Pourquoi faire des nichoirs ?
Rachel : Pour protéger des espèces menacées et pour les nourrir aussi ?
Baptiste : Essayer de faire des nichoirs aussi sans dénaturer le paysage.
Mme.Gillot : Oui on va essayer de ne pas perturber l’environnement, comment s’implanter sans altérer ? Qu’est-ce qu’on a dit d’autre qu’on va pouvoir rajouter au cahier des charges en terme d’écologie ?
Lili : On peut faire revenir des oiseaux qui étaient partis par exemple.
Mme.Gillot : Ha oui mais ça ça ne va pas nécessairement être obligatoire. Donc réintégrer dans l'espace urbain ? Ca peut être une piste. Bon donc s’intéresser à l’environnement… Qu’est-ce que vous verriez comme autre point sur lequel se renseigner ?
Baptiste : Est-ce qu’on a mis quels matériaux utiliser ? D’un côté esthétique et pratique.
Mme.Gillot : L’esthétique il va se déduire de votre démarche aussi, ça peut avoir une autre portée, on peut en faire une démarche de sensibilisation tout en restant bon et agréable pour l’oiseau.
Si aussi on part juste sur quels matériaux utiliser c’est beaucoup trop large, il faut partir sur quels matériaux utiliser pour répondre à ces besoins.
M.Capdeville : Donc la question aussi c’est jusqu’où on va aller ?
Mme.Gillot : Oui on a pas encore tranché ce problème là.
M.Capdeville : A votre avis ces matériaux ils devraient avoir quelle utilité ?
Elle : Qu’ils soient durables.
M.Capdeville :  Oui mais justement est-ce qu’on a besoin qu’ils durent 5 ans ? Regardez les nids par exemple, on a besoin qu’ils résistent un peu aux intempéries, qu’ils soient chauds, isolants.
Baptiste : Faciles à modeler.
M.Capdeville : À mettre en forme oui, pour en faire plus par exemple.
Mme.Gillot : Vous avez pas de contraintes de coût déjà. Les matériaux vont se déduire des besoins des oiseaux.
M.Capdeville : Donc là y a un compromis vous le comprenez, entre la logique des matériaux et l’esthétisme.
Mme.Gillot : Bon on va en rester là parce que je m’étais donnée une demi-heure. Vous allez peut-être pas travailler sur votre journal de bord parce que votre travail on va vouloir le voir. Donc là les livres ils restent dans les salles. Est-ce que vous êtes ok pour que vos livres ils soient empruntés ? Vous pouvez aussi aller voir au CDI.
Après-midi :
M.Vayer : Bonjour bonjour §
M.Capdeville : Bon on va pas vous tenir longtemps, là vous avez une liste avec une quarantaine d’oiseaux compatibles avec des nichoirs, et on s’est dit avec Mme.Gillot qu’il allait falloir choisir une famille d’oiseaux.
M.Vayer : Oui là vous êtes vraiment dans une phase de documentation, vous partez des oiseaux c’est ça qui va vous intéresser principalement. Bon là si on vous laisse tout seuls vous savez quoi faire ?
Séléna : Moi je pense que je vais m’appuyer sur la liste des oiseaux là du coup.
M.Vayer :Oui et il ne faut pas oublier que vous devez faire une prise de note graphique, avec beaucoup de croquis, vous allez en avoir besoin plus tard. Il s’agirait pas que vous soyez tout engourdis quand il faudra dessiner activement des oiseaux. C’est aussi l’occasion de se poser la question du vocabulaire.
M.Capdeville : Bon si vous savez pas par quel bout prendre ça vous n’hésitez pas à venir nous voir.
M.Vayer : Oui pour des questions d’organisation on est là. Vous devez apprendre des trucs là, devenez des spécialistes. C’est en fonction de vos centres d’intérêt à vous.
M.Capdeville : Dernier rappel : vous devez lire des choses mais c’est une lecture active, critique, qui questionne, vous ne prenez pas tout, il faut trier et sélectionner.
M.Vayer : J’ai amené un cahier donc pour les emprunts. Bon. Bah ça marche vous pouvez vous répartir sur les deux sales.
*travail en autonomie*

Outils numériques :
M.Vayer : Restons un peu dans le couloir là on est bien non ? Donc. Ho bonjour (en voyant Maélie arriver) Bon l’idée là c’est de finir aujourd’hui le travail sur in design, là le but c’est pas de faire une mise en page parfaite mais de découvrir le logiciel. La semaine prochaine prochaine on commence sur photoshop, notamment la retouche d’image, en rapport aussi avec notre travail sur la photographie. Parallèlement à ça y a la question du scanner. Qui n’a pas scanné ici ?
La classe : Le problème c’est qu’on les a rendu dans nos analyses.
M.Vayer : Haaa mais vous y avez pas pensé ? Bon sinon vous utilisez des images du livre référent. Bon je vous laisse 1 heure et quand ça sonne on se réunit tous en 82. Ouais ? Ok donc on s’organise, et je rappelle qu’en 82 on parle pas, on fait dans le calme. Bon exécution ?
*1H en autonomie + 1h en 82*

• 9 octobre
Mme.Gillot : Ok on va pouvoir commencer… Quelqu’un peut me dire comment vous avez travaillé hier ?
Andréa : Heu on a pas travaillé hier on a eu histoire de l’art.
Mme.Gillot : Ha oui ok mais vous avez avancé depuis est-ce que vous avez précisé des objectifs ?
Flavie : On a travaillé sur la liste des oiseaux de la région qui peuvent utiliser des nichoirs.
Mme.Gillot : Ok après cette liste c’est possible qu’elle ne soit pas à 100% correcte. Bon alors comment vous procédez pour continuer cette documentation ?
Mathieu : Il y avait cette idée de documentation graphique, en dessinant beaucoup, on a dessiné des oiseaux issus des livres;
Mme.Gillot : Oui redessiner les oiseaux beaucoup c’est nécessaire. Après la nature des docs ça fait qu’on ne peut peut-être pas se spécialiser sur une espèce.
Alan : M.Capdeville m’avait dit de me concentrer sur une famille du coup.
Anouk : Moi je travaille en les sélectionnant en fonction de leur taille.
Mme.Gillot : Ha ça peut être intéressant, dans ce cas là ça pourrait nous obliger à les dessiner à l'échelle 1.
Mathieu : Par contre il y a 27 oiseaux donc il n’y en a pas assez pour toute la classe si on veut en choisir un chacun.
Mme.Gillot : Haaaa c’est problématique ça, on peut peut-être en trouver d’autres quand même. Donc on se dit ça peut être intéressant d’en dessiner un chacun à l’échelle 1, de profil et aussi les ailes déployées du dessous. On pourrait se faire un mur comme ça.
Lili : Je sais que le palombre c’est possible et aussi il est presque menacé.
Mme.Gillot : Il y avait aussi le pivert.
Charlie : Moi j’avais vu pour le pic épeiche.
Baptiste : La chouette hulotte elle est assez simple à nicher.
Mme.Gillot : Là on complète par rapport à la liste.
Lili : La pie grieche aussi
Paloma :La nonette.
Alan : La mésange bleue.
Mathieu : La huppe fasc
Maélie : Le canard carolin aussi, il est au jardin des plantes mais je sais pas si c’est possible.
Mme.Gillot : On verra. Là est-ce que quelqu’un peut noter les noms des gens à côté des noms des oiseaux ? Ok Yoana merci.
*liste faite*
Mme.Gillot : Bon, action ?
*travail autonomie + fin de la séance et fin de la semaine*

mardi 6 octobre 2020

Secrétariat n°3

[ Flavie & Coraline]
 
Lundi 28 septembre

Vayer : Bonjour à tous, cette semaine il s'agit de finir de réaliser le projet sur le reportage dessiné. La question est est ce qu'on ne travaille que pendant les heures de cours ? Il faut y mettre de l'envie et de l'intérêt. Plus on passe de temps mieux se sera. Donc est ce qu'il y a la possibilité de travailler en dehors des cours ? Oui ou non ?

Anouk : Si il nous manque des informations oui autrement pour le reste non.

Mathieu : Vous nous aviez dit que si on s'organisait bien, on aurait pas de travail à la maison, et si il y a des personnes qui travaillent dessus 10h en plus il y aura des inégalités entre tout le monde !

Vayer : Peut être que certains ont envie d'y passer plus de temps. Vous pourrez trancher ça en AP. Petit point sur le secrétariat. J'ai publié sur Arsa Live ce que j'ai reçu des dernières semaines. Prise de note en quantité est importante. Charlie dit tout ce qui c'est dit en cours. Après vous pouvez relire c'est intéressant. Ça donne des indications sur le contenu et la forme. On voit aussi que les profs parlent beaucoup ! (rigole) La on travail sur 2 ans, en 1ere STD2A et en Terminale. Au fur et à mesure vous parlerez plus. Vous prendrez plus la parole. C'est difficile de tout noter mis les choses intéressantes peuvent être mises en gras, il faut hiérarchiser, mettre en valeur. C'est intéressent en terme de mémoire de se relire et puis des fois c'est drôle. Donc la dernière fois on était sur évoquer les domaines d'AA. On peut se poser des questions sur le design. Vous avez votre bouquin ? Pas beaucoup de personne ont le bouquin Design Mode d'emploi. Les autres aller le chercher et les secrétaires vous pourrez faire des interview pour demander pourquoi certains l'ont pas emmener. Ce bouquin est édité en 2014 pour le grand public. Je trouve que c'est un bon support pour travailler. Il est organisé de façon simple sur la base de question. Ça apporte des réponses qui ne sont pas figées. On pourrait parler du design : Pour vous c'est quoi le design ? Dites avec vos connaissances.

Ellee : C'est un mélange, un besoin esthétique, qui donne une réponse à une question.

Maelie : Il s'agit de la création d'objets

Vayer : Objet à un sens très large enfin vous avez compris.

Julie O : C'est les signes plastiques

Eliot : De la conception d'un objet alliant esthétique et fonctionnel.

Maelie : Le design fait parti de l'innovation.

Baptiste : Avec innovation on peut ajouter optimisation

Vayer : Oui il y a pleins de choses à dire ! Non, Rien Rien Rien ?

Maya : Le fait que c soit utile ou pas ?

Vayer : On peut parler d'un terme : Contexte. C'est quoi le besoin ?

Julie B : Contexte industriel la plus part du temps. En terme de fabrication, relation avec l'artisanal.

Lili : pour se déplacer

Maelie : pour améliorer le mode de vie

Ninon : pour améliorer son quotidien

Vayer : Il y a une terme qui peut parler de ça ! Les Usages ! User des services, des moyens, des objets. Le design c'est améliorer les usages, soit améliorer l'esthétique. On peut l'utiliser pour améliorer la valeur d'usage et puis en même temps la valeur d'estime, lui donner ou reconnaître des qualités. Donc si vous vous engagez dans une formation design, le but du jeu c'est d'améliorer le mode de vie.

Mathieu : Le prix doit être plus accessible pour les utilisateurs.

Maelie : Ça peut aussi polluer

Vayer : Cette question là on se la pose beaucoup en ce moment avec le monde et la planète qui est en danger. On est en train d'user la Terre. C'est très intéressant de payer moins cher. Les créateurs pensent déjà aux conséquences avant de réfléchir. Nos études d'arts sont donc complexes. Il y a d'autre façon de parler de design en parlant du désigner. Homme ou Femme, il n'y a pas vraiment de terme différent utilisé. C'est à la fois le DESSIN (l'esthétique mais pas que, le dessin au sens large et tous ses moyens plastiques) et Dessein (c'est l'idée, le projet, le concept, l'organisation du travail avec les autre parce qu'il ne travail jamais seul). C'est l'association des deux. Il y a pas mal de gens qui préfèrent avoir un bel objet mais que veut dire ''bel''? Pour finir je vous affiches deux petites informations sur le Design. En haut à gauche sur Arsa Live il y a l'onglet Kesako ou on peut lire quelques définitions de pleins de bouquins différents. Parce qu'il n'y a pas qu'une seule définition bien sûre. Le début du design c'est quand ?

Charlie : milieu 20eme

Mathieu : 1920

Vayer : Oui juste après la première Guerre Mondiale. Art and Crafts c'est un mouvement artistique de la fin du 19eme siècle en Angleterre. Le terme Art décoratif. Il y a pleins d'autres termes différents en plus comment l'art appliqué design, création industriel, métiers d'art. Bauhaus est la première école de design en Allemagne en 1920. Voilà donc pensez bien à emmener votre bouquin pour la prochaine fois.

Marie  : «  le croquis c’est rapide et le dessin c’est long.  »

Réponse de «  pourquoi tu ne l’a pas  ?  »

Tanguy  :  «  J’y ai pensé mais j’ai pas pris  »

Julie B  :  «  J’étais pas là lundi dernier mais j’ai entendu parlé d’un livre
et j’ai pris le mauvais.  »

Charlie  :  «  Je l’ai vu, mais je ne l’ai pas pris.  »

Vayer  : «  On ne peut pas tout anticiper dans la vie.  »


Mardi 29 septembre

Débrif des footings

Échantillonnage
Les points intéressants  ?
- Tout petits détails
- Compliqué
- Densité de l’image (dans la page)
- Saturation
- Variation de textile
- Différents modèles (varié)
- En fonction des plis on choisit un textile différent
- Ombres/lumières
- Lumière et volume
- Lumière traité
Dessin D’OBSERVATION
- Pas de stylisation
Attention aux consignes à respecter  !
- Le régime des consignes est INEVITABLE
Progrès  !

3grps
- Ceux qui sont à côté de la plaque
- Ceux qui sont à l’aise et qui restent dans leur zone de confort
- Et ceux qui sont en terrain d’exploration
 Ils confrontent le danger  !

Un croquis pris sur le vif c’est différent d’un croquis mis en scène à la lumière  !
Note  : une synecdote c’est quand on dessine une partie et que notre cerveau reconstitue l’image.

Gillot : Il ne faut pas changer de carnet entre 2 footings graphiques sauf si il est finit bien sur. Donc pour le footing 4 :
    panoramique intérieur
    double page
    cadrer
    Bic sans lever le crayon
    5 dessins
    15min

Vayer : c'est monsieur Bic qui a inventé ces crayons d'où le nom.

Gillot : Il faut dérouler le décor que vous voyez.

Vayer : Vous progressez sur la représentation du réel et de la lumière.

Gillot : Tout ce qui n'est pas dit dans la consigne est donc possible. Chronométrez-vous. Le but n'est pas forcément que ce soit finit ou beau. Si c'est raté c'est raté !!!

Vayer : Vous pouvez noter ce que dit Mme Gillot, il n'y a pas que les secrétaires.

Gillot : Vous l'avez voulu/ demandé ; les feuilles d'évaluation sur le projet. Elles seront à rendre avec le projet. Les feuilles d'évaluation ont 3 colonnes. La première colonne à 3 cases qui sont les 3 compétences travaillées en première et en terminale. Vous pourrez lire le détail. C'est bien de le faire pour acquérir du vocabulaire et repérer les compétences sur lesquels on travaille.

Vayer : Ce seront toujours celle là !

Gillot : La deuxième colonne, c'est les différents points sur lesquels ont travail en ce moment. Est ce qu'on les commenté tous ensemble ? Vous les l'user dans l'après midi et si vous avez des questions vous nous faites signes. Vous aviez un truc à faire pour aujourd'hui !

Vayer : Drôle d'ambiance dans la salle ! (rigole)

Gillot : Art contemporain, lecture. On s'était mit d'accord sur les pages à lire. Vous deviez prendre des notes des infos intéressantes. Est ce que vous avez fait ce travail ?

Vayer : Vous intégrerez ce travail dans le projet.

Gillot : Lundi on travaillera sur le carnet de bord !

Vayer : Hier vous avez travaillé sur le reportage !

Réponse générale : NON !
 
Gillot : La dernière fois c'était vendredi ! Des questions ?

Vayer : Quand est ce que ce travail est fini ?

Réponse générale : VENDREDI

Julie O : Ils peuvent préciser si ils ont travaillé chez eux.

Julie B : Ça dépend si on a de la documentation à faire.

Vayer : Vous travaillez que sur le temps de cours pour l'égalité et on verra pour d'autres travaux si il y en a qui veulent bosser chez eux.

Gillot : De notre point de vue si vous avez joué le rôle, vous n'avez pas besoin de temps supplémentaire. Si le travail n'est pas fini, ce n'est pas grave. Par exemple si vous faites une BD avec que 4 cases de finit, c'est assez pour pour montrer que vous avez réussi et par la suite vous pourrez finir si ce projet vous tient à cœur.

Vayer : Il faut imprimer.

Paloma : Est ce qu'il y a un nombre de page limité vu que je n'étais pas là la dernière fois ?

Gillot : Oui

Vayer : C'est pas le tout mais il faut s'y mettre !


Mercredi 30 septembre :

Gillot : Avant de reparler du reportage dessiné, je voulais faire un point sur la collecte de jeans qui peuvent être déchirés. Plus il y a de diversité plus c'est intéressant. Enclenchez une collecte plus intensif. On peut rassembler le tout au fond. Un endroit accessible pour tous. Est ce qu'il y en a qui veulent être à la recherche de jean dans le lycée ? Louna, Charlie et Ellee Hier on a prit la décision de prolonger le temps en cours de 1semaine pour le projet. Ce sera sûrement pas la semaine prochaine. On a vu hier que vous aviez du mal à tenir les 3 heures. On a des rendez vous juste avant les vacances. Faudra quand même que vous l'ayez avec vous. Faut qu'on voit comment on peut organiser son travail sur 6h. Il faut alterner les postures de travail quand vous sentez que vous ne pouvez plus travailler dans ces conditions.

Mathieu : On peut faire des photocopies et imprimer des images

Gillot : Oui, numéroter les pages, finir la réception aussi.

Capdeville : Ou mettre à jour le journal de bord.

Gillot : Il faut faire des bilans de séance aussi. Ça peut s'avérer très très intéressant. '' Qu'est ce que j'ai fait aujourd'hui ? ''.

Julie O : Ça marche pour la BD, par exemple noter dans les cases nos idées même si ça ne prend pas beaucoup de temps.

Gillot : Ce n'est pas une option ! Il fait le faire ! Ça demande de la concentration. On peut aussi casser la routine si on est plus efficace. Prolonger les tests de représentation. Comment dessiner les personnages/ l'architecture à la manière de...

Capdeville : Secrétariat
    photocopies
    découpages collages
    rangement de l'espace de travail
    journal de bord
Conduite de projet
    références de documents
    '' to do'' liste --> ce qu'il me reste à faire
    bilans de séance
    recherches documentaires
    entretien matériel
    essais graphiques divers

Gillot : Échanger avec les autres et voir leurs projets. Si vous êtes debout et que vous parlez c'est que c'est géré dans votre temps de travail. On va pas non plus vous fliquer.

Auto analyse sur le temps
! ne pas oublier de valider avec un prof  !

Après midi

Vayer : On ne prolonge pas le projet la semaine prochaine. On vous passera le planning. Vous avez progressé depuis la dernière fois. Peut être qu'il y en a qui sont perdus. Pendant que vous travaillerez, on regardera vos journal de bord.



Vayer : On vous rend vos dossiers de l'année dernière sur le stylisme. Et on vous distribué le planning.

Langage numérique

- Poursuivre la mise en page de notre analyse + utiliser le scanner
Ctrl+T = palette d’outils flottant

Jeudi 01 octobre

Capdeville  : Vos recherches documentaire, je vous les rendrais en début de semaine. Aujourd'hui on va avancer dans le programme. ATC ça veut dire Art Technique Civilisation. On va donc parler technique car on arrive dans une période importante pour le design et l'art. Je vous donne le prochain TP et la frise.
Vous devrez choisir un thème. On est reparti pour 3 semaines. Ça mixe du design et de l'histoire (frise). Aujourd'hui, on va voir le début de l'industrie et du design.
On avait vu quoi la dernière fois  ?

Mathieu  : On travaillait sur le ROMANTISME

Ellee  : On avait vu l'industrialisation.

Capdeville  : Et tout les petits malheurs qui arrivent avec. Entre les bals du ciment du design (1880)et le design moderne que l'on connaît nous aux États-Unis (1930) il y a 50 ans d'écart.
1840-1850 = A cette époque là, il y avait 2 catégories  : les objets riches (artisans d'art, meilleurs matériaux, plus solide). Ils étaient toujours décorés. Et les objets pauvres (paysans). Ce sont donc les objets riches qui ont survécu. Les paysans faisaient tout eux-mêmes (maison, meubles, ustensiles) mais ça ne durait pas (incendie, qualité médiocre...) On parle toujours de l'histoire des riches. Il y en a qui sont émus et qui créent  un intermédiaire entre les objets des paysans et ceux des riches.
La machine à vapeur de Watt, grâce au charbon et à l'eau permet d'actionner une roue. Elle va produire une puissance mécanique (travaille le métal à froid), on va maîtriser le métal parce que avant il était trop dur.
EMBOUTISSAGE  : plaque qui défile avec une forme qui vient frapper toutes les 2 secondes.
On fabrique donc pleins de choses.
Début de l'industrie = 1880
Puis on va motoriser des trucs. Les moteurs sont énormes et lourds (la taille d'une machine à vapeur est celle d'une maison). La priorité est donc de la rendre plus petite. En 1769, 1 ans plus tard une ingénieur français qui travaille dans l'armée, va motoriser une charrette (une seule roue devant) avec sa machine à vapeur. IL créé donc le premier véhicule moto-mobile. Il faudra attendre 80 ans pour que l'histoire du véhicule commence. On a ensuite essayé de motoriser tout (les bateaux).
1806= miniature d'une machine à vapeur qu'on met sur le bateau  ; Les pales du moulin à eau sont mises sur le côté du bateau. La machine à vapeur est en métal. Premier camion, première voiture.
1806 = première moto-mobile1877 = L'industrie va se manifester avec un pont en métal (le premier) en Angleterre nommé «  iron bridge  ». C'est un pont privé de Abraham Darby. Il se fait aidé par l'architecte Pritcharde. Il est petit (35 m de porté).
Façon de construire nouvelle ( 1000 fois moins cher que la pierre, temps divisé par 100). Économie énorme.
Puis l'invention de beaucoup de machine et d'outils (1800 = clé anglaise). C'est un ovni car il n'a pas changé.
Le grand problème à l'époque c'est le décor qu'il n'y a pas. C'est pourquoi le design arrive. Comme il n'y avait pas de décoration, pour les gens riches c'était moche et immorale. Pourquoi immorale  ?

Mathieu  : Est ce que ça veut dire tout en bas de la société, pas riches  ?

Capdeville  : Oui. Pas de décoration = pauvre

Eliot  : Le rapport avec la tradition qui n'est pas respecté.

Capdeville  : Oui, bravo  ! La France avait à l'époque les meilleurs artisans du monde. Les objets d'arts c'était la France. Industrie était donc bloquée et le design aussi à cause des bourgeois.
1814 = Première locomotive efficace . Avant elle marchait mal, elle avait tendance à exploser et tuer ses conducteurs ).
1825 = premiers voyageurs
1829 = ligne officielle
1829 = rocket (locomotive), 40 km  /heure
1832 = essaie motorisé des calèches (avec 2 chevaux ou 1). Deux ingénieurs anglais invente la dirigeance à vapeur à l'arrière, sauf qu'il y a eu des problèmes techniques. IL n'y avait pas la place dans les rues de Londres. Pourquoi  ?

Baptiste  : Ça fait du bruit.

Capdeville  : Bruit, odeur de graisse et d'huile, fumée, ça effraie les chevaux et ça va vite = machine infernale. C'était limite plus social et culturel.
Presse typographique en Allemagne, décorée en 1837.

Mathieu  : Décoration plus dans la société.

Capdeville  : Tant qu'il y avait de la décoration, pas de Design.
1880= pont en métal sans décorations
1850 = Lunettes en Allemagne
Pour l'ingénieur il faut juste que ça marche, ça roule et que ça ne coûte pas cher. Mais à un moment ça ne suffisait plus. Il faudra de l'esthétique (agréable à l’œil, pas froid, triste ou pauvre)
1880 = Design = processus créatif qui empreintes les moyens de l'industrie
3 choses = esthétiques, qui marche et qui ne coûte pas cher (un triangle).
1851 = Londres, premier bâtiment en métal.


Vendredi 02 octobre

Gillot  : Vous savez ce que vous devez faire  ! Rendu du dossier de recherche à la fin de la séance.

Express Duchamp, scénographie et surréalistes

Marcel Duchamp scénographie et surréalistes

[Sur la base de l'article "Marcel Duchamp commissaire d’exposition", de Nathalie Stephanov]

[Pour des compléments sur Marcel Duchamp, voir le site "centenaire Marcel Duchamp", par Marc Vayer]

Les expositions surréalistes sont de caractère événementiel, expositions manifestes.
Rompre avec les conventions de la présentation des œuvres dans l’espace d’une galerie ou d’un musée.
En 1947, voisinent expos « bric-à-brac » et émergence du "white cube". Qui rompent avec les séculaires accrochages sur les murs anonymes d’une galerie, d’un musée, d’un salon.
Alfred Barr directeur Moma, continuité narrative et évolutionniste. Axe rectiligne. Non plus « voir « mais « passer devant ».

Le "white cube" : plus de disposition rapprochée des tableaux, augmente l’espace entre les œuvres, rabaisse la hauteur de présentation, les murs deviennent blancs, rupture maximal avec l’extérieur. Sanctuaire. alignement horizontal, enfilade des salles, continuité narrative, rigidité du système, nouvelle convention.

5 expositions surréalistes entre 1938 et 1961

  1. 1938 Exposition Internationale du surréalisme, Paris, 140 rue du Fb St Honoré. Rue surréaliste avec 16 mannequins, performance, taxi pluvieux, 1200 sacs de charbon, brasero, sol avec feuille et sable = grotte. Lampe torche à tous les visiteurs, idée de l’œil magique : un éclairage s’allume lorsqu’un spectateur passe (abandonné). C’est le spectateur qui sort le tableau de l’ombre.. Un haut parleur diffuse des sons de parade de l’armée allemande, odeur de café grillé.
  2. 1942 First Papers of Surrealism New-York https://www.tate.org.uk/research/publications/tate-papers/22/duchamp-childhood-work-and-play-the-vernissage-for-first-papers-of-surrealism-new-york-1942
  3. 1947 Le Surréalisme en 1947 Paris
  4. 1959-1960 L’Exposition inteRnatiOnale du Surréalisme (EROS) Paris
  5. 1960 - 1961 Surrealist Intrusion in the Enchanter’s Domain New-York

Les expos surréalistes :

Duchamp : technicien bénévole, générateur arbitre, principal animateur et metteur en scène.

Agir visuellement. fixer, guider. Œuvres qui se détachent du mur blanc, spectateurs appelés à participer à la "mise en vue" des œuvres.
Phénomène d'initiation des spectateurs. Le spectateur laisse derrière lui le monde réel = immersion. Le spectateur sort de sa passivité.
La configuration non pas à partir des œuvres mais en  fonction d’un thème. Mais aussi, Une multitude d’entités autonomes se côtoient librement sans qu’une justification rationnelle ne légitime a priori leur réunion. Les expositions deviennent des créations à part entière, différents d’espace d’exposition virginaux.

In situ.
Visiteurs qui font actes de participation.

Immerger les spectateurs dans des environnements déroutants. Expérimentation sensorielle, sensuelle (tous les sens).
Accéder à irrationnel.

Manifestations qui soient aussi des créations. Participation active des artistes eux-mêmes. Sont amenés à concevoir spécialement, à prolonger.

Réalisation d’installations.Travaux spécifiques sur le catalogue.
Dynamique créative et didactique.

Soucis d'enregistrer, conserver la mémoire de l’exposition (Duchamp)

Les surréalistes, ce ne sont pas que des artistes, c’est un état d’esprit.

Subsumer la totalité d’un espace.

Duchamp : J’ai horreur des vernissages.

 

1938 Exposition Internationale du surréalisme, Paris

1938 Exposition Internationale du surréalisme, Paris

1938 Exposition Internationale du surréalisme, Paris. Mannequin par Marcel Duchamp.

1938 Exposition Internationale du surréalisme, Paris. Mannequin par Marcel Duchamp.

1938 Exposition Internationale du surréalisme, Paris

1938 Exposition Internationale du surréalisme, Paris

1938 Exposition Internationale du surréalisme, Paris

1938 Exposition Internationale du surréalisme, Paris

1938 Exposition Internationale du surréalisme, Paris. Carton d'invitation

 

1942 First Papers of Surrealism New-York

1942 First Papers of Surrealism New-York

1942 First Papers of Surrealism New-York


1942 Marcel Duchamp au sein de First Papers of Surrealism New-York


1942 First Papers of Surrealism New-York. Catalogue 4ème de couverture.

1942 First Papers of Surrealism New-York. Catalogue, couverture.



1947 Le Surréalisme en 1947

1947 Le Surréalisme en 1947. Détail du "rayon vert", Marcel Duchamp.

1947 Le Surréalisme en 1947. Soigneur de gravité, Marcel Duchamp.

1947 Le Surréalisme en 1947. Soigneur de gravité, Marcel Duchamp.

Déballage d'un carton de "prière de toucher". Photo Denise Bellon.


1947 Le Surréalisme en 1947. "Prière de toucher", collé sur les couvertures du catalogue de l'exposition, Marcel Duchamp.

1947 Le Surréalisme en 1947. Etude pour "Prière de toucher", Marcel Duchamp.

1960 - 1961 Surrealist Intrusion in the Enchanter’s Domain. Vernissage





1960 - 1961 Surrealist Intrusion in the Enchanter’s Domain. "Coin sale", installation de Marcel Duchamp, poules vivantes derrière grillage à poule.


dimanche 27 septembre 2020

Secrétariat n°2

 Secrétariat N°2 [Charlie, Julie B.]

Lundi 21 septembre : Méthodo, M Vayer

MV : Bonjour tout le monde, vous allez bien ? Grognements endormis des élèves. Toujours pas réveillés le matin, ahah. Alors, cette semaine… Tiens, je vois personne qui écrit. Pourtant, c’est intéressant, ce que je vais dire. Qui sont les secrétaires, cette semaine ? Vous ne savez pas ? On ne vous as pas transmis l’info ? Charlie, c’est toi. Allez, il faut noter.

Un élève de Terminale entre «discrètement».

MV : Bonjour. Dans le secrétariat, c’est intéressant de noter le maximum d’infos qui passent. Ce que Mathieu m’a envoyé, ce n’est pas du secrétariat, c’est plus le contenu d’un agenda. Tu étais avec qui ? Et à vous deux, vous avez produit ça ? D’accord. Le secrétariat, c’est donc plus ce qu’a produit Oz. Il a produit… Combien ?

OZ : Sept pages.

MV : Sept pages de compte rendu. Presque exhaustif. Comme un greffier, dans les tribunaux. Quelqu’un est déjà allé dans un tribunal ?

Elèves, dans un bel ensemble : Non

MV : Hé bien, dans les tribunaux, les greffiers sont celleux qui notent tout, absolument tout. Ils notent, tient, celui-là a ramassé son crayon, celle-là a pleuré. Evidemment, il ne s’agit pas d’écrire « à tel moment, le prof a craqué, il a chialé » hein, ahah. Quoique. Il faut être le plus exhaustif possible. N’oubliez pas ça, l’exhaustivité. Il s’agit donc plutôt de noter les indications de travail, les interventions, les méthodes de travail. Il peut y avoir des commentaires. Si on regarde ce secrétariat après ça, ça doit nous donner plein d’infos sur ce qui est fait, est dit. Cette quasi exhaustivité sera très très intéressante à regarder ensuite. Surtout qu’on a une variété assez enthousiasmante d’activités dans le cadre des Arts Appliqués. Oz, tu as fini de taper (ton texte) ?

Oz : Non.

MV : Il faut pas se lancer non plus dans quelque chose de trop grand, trop long. Il faut penser que vous devrez me l’envoyer après, ahah. Bon, Oz, tu le finis et puis tu me l’envoie, tu essaie de te dépêcher, d’accord ? Pour mercredi, ça serait bien. Ça te semble possible ? Bon. Vendredi soir, j’ai vu des parents. Certains parents. Je leur ai parlé de ce qu’on faisait en AA, et surtout, de la poursuite d’études après le bac. C’est important de communiquer avec elleux, parce qu’iels risquent de vous aider (financièrement) après. Et vous devrez leur expliquer à quoi vous sert leur argent. Vous devrez donc leur parler d’AA, des différentes études, de vos choix. C’est un travail d’échange. Vous échangerez beaucoup, en AA plus que dans d’autres domaines. On vous conseille donc de discuter beaucoup avec vos parents. Je ne sais plus si je vous en ai parlé, mais l’année pro, on fait un voyage. (Murmures enthousiastes des élèves) Cette année, tous les voyages se sont annulés de partout. Bon. Aujourd’hui, j’avais envie d’être assez général pour retrouver nos bases. Parlons du Journal de Bord, (ou JBD). Son intérêt, c'est de le remplir. Il doit être rempli d'informations. Vous devez imaginer qu'il devra être lu, qu'il sera échangé, c'est un moyen de communication, ce JBD. Vous devrez faire attention à hiérarchiser les infos et à les rendre lisibles et visibles. Ça vous entraînera. Ça vous entraînera pour le dessin, aussi. L'écriture, c'est du dessin. La mise en page, aussi. Quelle structuration elle adopte ? Est ce que c'est très dense ? Est ce qu'elle est très peu dense, deux-trois mots par page ? Évidemment, il faut essayer d'être le plus dense possible. Le rapport texte-image est très important aussi. Il faut dessiner, dessiner, dessiner, dès qu'on en a l'occasion. Prendre en croquis ce qu'on vous montre. Tiens, pour vous, c'est quoi la différence entre dessin et croquis ?

MARIE : Le croquis, c'est rapide et le dessin, c'est long.

MV : Oui, pourquoi pas. On peut aussi prendre des notes par heuristie. Vous savez ce que c'est ? Non ? Quand il y a un mot que vous comprenez pas, il faut me demander, hein. Heuristie, ça veut dire schéma de pensée. (carte mentale) Au fur et à mesure qu'on avance dans les projets, on utilisera de nouvelles manières de dessiner/d'exprimer les infos. À mon sens, il devra y avoir une amélioration de la qualité de vos JDB, en tant que témoins. Et puis, on va parler ds différentes suites d'études après le bac. Alors, citez-moi les domaines.

  • TEXTILE-STYLISME (MV Pourquoi est ce qu'il y a deux termes ? ELLIOT Parce que le textile fait partie du stylisme.)

  • PRODUIT (MV Est ce qu'on met un s ?)

  • ESPACE (Urbanisme, architecture, espaces publics, espaces privés...)

  • GRAPHISME (Mise en page, illustration, typographie, bédé...)

MV : Et surtout.

  • COMMUNICATION

MV : Quel que soit le domaine, elle sera présente. Comment peut-on communiquer nos idées avec les autres ? Comment promouvoir nos idées ? Comment communiquer entre soi-même et ce qu'on fait ? Comment valoriser nos idées auprès des autres ? C'est quoi la base de la communication ? C'est un émetteur, et un récepteur. Des échanges, plus ou moins formulés, avec des médias. Dans chaque domaine, il y a des médias. On pourrait presque les lister, mais on va pas le faire maintenant. Il faut s'interroger sur la tension entre l'analogique et le numérique, entre les machines et nous. Ça va mieux en le disant ? C'est plus clair. Vos parents vont se demander ce qui va se passer après pour vous, n'est ce pas ?

LOUNA, subrepticement : Clodos sur un trottoir.

MV : Et la question écolo, vous vous en foutez ? La planète peut brûler, vous en avez rien à foutre ? Tout doit être marqué par l'écoconception aujourd'hui. Si vous devenez designer, voulez-vous continuer à détruire votre habitat ? Tenez, on va finir sur ça, qu'est ce qu'un.e designer.euse ? Parce que c'est très récent (le terme). Mais ça existe depuis toujours. Celleux qui peignaient dans les grottes, c'étaient des designer.euses ou des artistes ? Je vous pose une colle, là, hein ? Et vous, pourquoi êtes vous venu.es en AA ? Vous ne le savez pas ? Les petits nouveaux, pourquoi êtes vous venu.es en AA ? On n'y répond pas parce qu'il n'y a pas de réponse qui pourrait convenir en si peu de temps (sonnerie) on y répondra peut-être la prochaine fois, si vous lisez des trucs là-dessus. Bonne semaine !

Lundi 21 septembre 2020 : M Capdeville, Mme Gillot

AC : Alors les premières, vous allez bien ? Nous en sommes toujours au travail introductif. On a pensé que ce serait intéressant de faire un travail synthétique. On a commencé à faire des remarques sur les dessins (croquis de nos espaces de travail) On les avait considérés comme des sujets pouvant être complétés par d'autres infos.

CD : On vous avait parlé des Data Données, à propos desquelles on va vous montrer quelques graphismes, en parallèle de ce qu'on appelle du scribing (notes visuelles). On va aussi parler des illustrations dydactiques. Vous savez ce que c'est ?

AC : Ce sont des illustrations informatives, comme par exemple sur le fonctionnement d'un volcan.

CD : On va vous montrer un très petit nombre de data graphiques : ici, une sorte d'arbre génétique d'auteurs de sciences, fiction, disposés dans les différentes branches selon leurs inventions et périodes de... Ah, non, autant pour moi, je me suis trompé. Là ce sont des écologistes. Iels sont classé.es par couleurs et branches selon leurs idées.

(Différentes data graphiques sont montrées et commentées)

AC : Ce qui est intéressant dans votre problématique, c'est la chronologie. En effet, dans le diagramme que vous allez créer, la temporalité est différente, désordonnée, on prend en compte la simultanéité, les cycles. Ce n'est pas chronologique : on pourra créer notre propre échelle du temps, afin qu'elle soit adaptée au sujet.

CD : Le besoin peut être le même au début, mais la manière de l'exprimer peut être très personnelle et multiple. Selon votre manière de l'exprimer, on pourra percevoir votre compréhension du besoin.

AC : Il faut trouver un élément qui va fédérer, qui va donner une vision générale de l'ensemble en hiérarchisant les infos.

(blague de CD sur le fait de ranger sa chambre)

AC : Il faut penser à la spacialisation (gestion de l'espace de travail)

CD : En scribbing, il y a l'idée que c'est quelque chose de rapide et efficace. C'est une bonne idée de mélanger dessin et écriture.

AC : On va vous laisser travailler maintenant ! Vous vous répartissez dans les salles.

Mardi 22 septembre :

MC et AC sont content.es de nous voir.

MC : Bonjour les Premières AA ! Aujourd'hui on va sortir.

AC : D'abord, les footings. Alors, macro textile.

Grognements agacés des élèves.

MC : BIC.

Dans la classe, des exclamations outrées résonnent.

AC : à fond perdu. Chiffonez un peu vos textiles, si vous voulez vous amuser. Prenez des matières en relief : cuir, maille ; tricot.

MC : Le cuir, ce n'est pas du textile, je ne crois pas que ce soit du textile.

Oz et Guirec m'aident à prendre les notes en me dictant, MC et AC parlent super vite.

MC :Oz, Guirec, dans le fond. Arrêtez de bavarder, s'il vous plaît.

AC : Encore quelque chose, les travaux que vous produisez, c'est important de les rendre. Vous devez être rigoureux, vous êtes responsables des travaux que vous avez à rendre. Ça permet de consigner, d'être sûr.es que vous faites votre travail.

MC : Je peux insister ?

AC : Vas-y.

MC : C'est important, pour vous comme pour nous, comme ça on court pas partout après vous (c'est une image, monsieur Vayer ne nous court pas après)

AC : Par rapport à la sortie, on doit aborder les points où vous allez, à quoi vous allez vous intéresser, et on fera une synthèse à partir du reportage, afin de voir ce que vous avez compris.

MC : Dans la plupart de vos fiches de prévision, il nous manquait des infos. Autant souvent il faut être créatif, parfois la rigueur c'est important. Qui va à la Jungle ?

(on est une petite dizaine à lever la main)

MC : D'accord, repérez vous.

On énumère les autres œuvres.

AC : On va errer entre vous, entre les œuvres, pour vous donner des infos. On y va ?

(On y va.)

Mardi 22 septembre

En ce qui concerne les travaux à rendre (petite fiche projet de reportage A5)

  • nous sommes responsables des travaux

  • rendre selon la consigne cela simplifie le travail pour les professeurs

  • attention à bien rendre dans le bon groupe

c’est un processus de travail, il permet de valider la manière dont on travaille en cours : méthode et communication

bien respecter le « cahier des charges »

Cette fiche sert à préparer la sortie en ville, de garder un état d’esprit. Elle évoluera en même temps que notre projet, notre expérience sur le terrain. On la refera donc plusieurs fois.

Mercredi 23 septembre

Quand on enquête sur place il faut croquer est prendre des notes se concentrer sur le projet et ne pas être distrait par autre chose.

Selon la manière de dessiner on peut en déduire des informations différentes ou faut s’interroger sur quels aspects il faut porter son attention (aspect technique ou plus personnel)

généralement plus on avance sur ce genre de projet plus on est motivé.

Analyse des analyses de documents

dans ce genre de travail il faut apprendre à parler par le dessin ce dernier ne doit pas rester muet

« Une Analyse c’est d’abord décrire puis c’est déduire »

Il y a plein de manière de travailler pour mettre en valeur un dessin

nous avons fait 6 heures d’Analyse de documents

décrire les 4 signes plastiques, tout le monde ne l’a pas fait, quand on propose une structure de travail il faut la suivre

quand on ne sait pas répondre à une demande il faut le dire en avoir conscience et ne pas amputer l’analyse.

« on a pas parlé du contenu des Analyses » en fonction des commentaires sur les analyses il faut maintenant faire le lien le travail d’analyse et l’élaboration du reportage.

Le prochain travail sera de passer à la mise en forme des informations recueillis. Avant de commencer il faut faire une nouvelle fiche de projet A5 qui donne un fil directeur.

En ce qui concerne l’angle d’attaque, beaucoup d’élèves ne savent pas encore quoi dire généralement ils ont pas le « quoi » mais plutôt le « commment »

La BD est un modèle graphique et un modèle narratif, ce qu’on a à dire n’est pas forcément transcendant, généralement on ne dit pas parce que l’on considère que ce n’est pas intéressant, mais on est pas dans la recherche de philosophie. « C’est vous et c’est déjà intéressant »il faut parler de ces ressentis personnel : humeur, situation…

«  Il n’y a pas quelque chose à faire de précis, nous on a aucune idée de ce qu’il faut faire donc il ne peut pas avoir de hors sujet il n’y a qu’une solution c’est votre solution c’est forcément pertinent puisque que c’est vous qui le dite »

Le ton du reportage peu aussi être intéressant, humoristique ou sérieux…

Le ton et l’angle d’attaque permettent de comprendre l’œuvre beaucoup mieux qu’un simple description

mot de la fin : parti pris mais ça ne dit rein, on a fait un choix ça va engager une narration, des moyens graphiques on ne sera pas jugés sur l’angle d’attaque

« Il y à moins de pression que vous l’imaginez, elle vient de vous »

On décide de la temporalité, décide de quand et ce que se termine le projet, il ne faut pas une trop grande ambition quelques paires d’heure suffiront.

Vendredi 25 septembre

point sur le projet de reportage : On arrive à phase de production.

Deux étapes :

1- Un dossier qui réuni nos resultats d’enquêtes : On compile croquis, photos, annotations, documentations témoignages Réfléchir au plan, au scénario et à la forme du reportage.

2- Le reportage à proprement parler.

« On sait que vous aller être ambitieux, alors on vous met des limites » :

pour les formats BD : 1 page ; pour les livres à grandes illustrations : 2 à 3 images ; pour les livres à techniques mixtes : 2 pages

Format libre. Attention : certaines œuvres ne rentrant pas dans ces trois dernières catégories, il faut consulter les professeurs.

Planning de la semaine prochaine :

Mardi 29 septembre : reportage

Mercredi 30 septembre: reportage

Vendredi 02 octobre: reportage+rendu du travail

(il ne faudra pas perdre de temps)

Les critères d’évaluations pour le reportage seront donnés Lundi.