lundi 27 avril 2015

Dioramas Couvent des Cordeliers : quelques dossiers d'intentions

Une page du dossier de Carole, qui relève la démarche de travail en hiérarchisant les points stratégiques de la conception à la réalisation.

Voir en plein écran

Dorian a réalisé un dossier qui révèle une grande dynamique créative autour de son intention, avec des modes de représentation variés qui révèlent bien ses intentions illustratives.

Voir en plein écran



Une photographie du diorama de Dorian.

Léa a réalisé un dossier copieux, avec beaucoup d'informations documentaires très variées, avec des formulations d'intentions très claires, avec des analyses et des relevés qui ont permis une belle précision dans la conception et la réalisation de son diorama.

Voir en plein écran



Une photographie du diorama de léa.

samedi 25 avril 2015

Fenêtres sur cours : 20 fiches artistes

Chaque élève de 1STD2A a réalisé une recherche documentaire sur un artiste en relation avec des pratiques in situ.


Voir en plein écran

mercredi 22 avril 2015

FsC : sujet + premières intentions



Le plan du lycée :


Premières intentions
Petits dossiers synthétiques pour formuler ses intentions, conceptuelles (le concept, "l'idée", le nom, ...), techniques (la matérialité, les moyens techniques à engager, les matériaux, la mise en œuvre, ...), documentaires (s'inscrit dans une démarche artistique connue ou non, relation avec des courants artistiques, des attitudes artistiques connues ou non,...).
Schéma de réflexion qui permet de visualiser les différents paramètres du sujet. [Aurore]

Très grande adéquation des codes employés pour faire comprendre l'intention avec la demande et l'ambition affichée pour l'événement proposé. [Yuna-May]
Grande efficacité de la mise en forme de l'intention (crayon gras sur photocopie). [Baptiste]
Très belle efficacité des moyens employés pour faire comprendre l'intention. [Typhanie]

Mise en page très sérieuse, rapport texte/image au contrastes travaillés, qualité des blancs et des marges, fine ligne rouge de reliure. En adéquation avec l'ambition de "l'événement art contemporain" déterminée dans le sujet.
Ancrage de la proposition dans des références documentaires adaptées à la demande. [Emilie B.]

Grande efficacité de la mise en forme de l'intention (crayon blanc sur photocopie). [Emilie B.]
Bon mix des représentations pour faire comprendre l'intention [Clarisse]

Bon mix des représentations pour faire comprendre l'intention [Emilie V.]


Bon mix des représentations pour faire comprendre la proposition [Léa]

Bonnes variations de mise au point de la proposition de base [Souraya]

Voyage dans l'art de France [épisodes 11 à 20]

Jusqu'à fin juin, suite des écoutes de "Voyage dans l'art de France", avec projection d'images des œuvres commentées.
En 30 épisodes de 3 mn, l'historien Jean-Marie Pérouse de Montclos nous conter — de façon linéaire il est vrai, mais avec d'étonnants rapprochements — la vie artistique qui, depuis la préhistoire, s'est développée "à l'intérieur des frontières actuelles de la France". Cette limitation géographique autant qu'ethnographique est étonnante et d'une pertinence douteuse. Cependant, elle ne diminue pas l'intérêt avec lequel on peut suivre cette synthèse illustrée d'exemples souvent brillants.
Les épisodes 1 à 10 ici
----------------------------------------------------------
Episode 11 :

Vue axono du Château de Fontainebleau

Dessin de Rosso Fiorentino

Galerie François 1er

Tapisserie

Stucs en ronde-bosse à Fointainebleau

dessin façade du Louvre par Lescot
Cariatides de Goujon au Louvre
----------------------------------------------------------
Episode 12 :
Le bâtiment de la manufacture des Gobelins à Paris

Travail de tapisseri eau Gobelins

Un exemple de tapisserie réalisée aux Gobelins

Eglise San Carlo alle Quattro Fontane à Rome. dessin de Borromini

Plan de l'Eglise San Carlo alle Quattro Fontane à Rome.

Eglise d'Asfeld dans les Ardennes

[focus] : Miquel Barcelo & la grotte Chauvet

Peintures de la dernière salle de la Grotte Chauvet
Visite virtuelle de la grotte Chauvet — ergonomie très simple et très claire (voir le glossaire) — sur le site du Ministère de la Culture

L'émission "Interception" de France Inter à réécouter en ligne, reproduction à l'identique de la grotte Chauvet + ITW de Miquel Barcelo.

Maiquel Barcelo. Salle des Droits de l'Homme. ONU, Madrid. 2009

Rencontre avec Miquel Barceló : "La Grotte Chauvet est ma plus belle émotion esthétique"


"C'est comme si l'artiste était juste parti prendre un café !", m'a confiée Miquel Barceló, rencontré dans son atelier du Marais à Paris. Les morceaux de charbon de bois ou les burins prêts à graver la paroi sont restés là, en l'état... "C'est ce qui donne à la grotte Chauvet cette atmosphère si particulière, presqu'intime." L'artiste espagnol, dont l'émotion est palpable, sait de quoi il parle : il fait partie des très rares personnalités a avoir eu l'autorisation de visiter cette grotte ornée, découverte en Ardèche en 1994 et fermée au public pour des raisons de conservation. Considérée comme un trésor de l'Humanité - la demande d'inscription au titre du Patrimoine de l'Humanité est en cours auprès de l'UNESCO - ses 8 000m2 sont recouverts de plus de près de 400 peintures datées de 35 000 ans, soit 15 000 ans avant celles de Lascaux ! Choisi comme membre éminent du comité de recherche scientifique, Miquel Barceló les étudie de près : il est en effet chargé de superviser le travail de reproduction - lui préfère dire "recréation" - des artistes et artisans qui vont réaliser l'ensemble des peintures qui orneront le fac-similé grandeur nature de la grotte dont l'ouverture est prévue en 2014 à quelques kilomètres de Vallon-Pont-d'Arc en Ardèche.

Le peintre catalan, de renommée internationale, est un expert en coups de brosse, zébrures et percées dans la paroi, rugosité et imperfection de la surface. Connu pour être l'auteur de la coupole de 1500 m2 du Palais des Nations de l'ONU à Genève, aujourd'hui qualifiée de "chapelle Sixtine du XXIe siècle" il excelle dans la montée en puissance de la matière. A travers les 35 tonnes de peinture gouttant du plafond, véritables stalactites de couleurs, on y perçoit son intérêt notamment pour la gravité picturale. A 55 ans, Barceló est aujourd'hui comblé de pouvoir témoigner de son émotion esthétique face aux premiers chefs d'œuvre de l'humanité.

"Je veille à la fraîcheur du trait, à l'authenticité du geste, il doit être rapide. La façon dont a été gravé un petit hibou, en quelques secondes, est une prouesse", commente Barceló, qui dans son travail, est aussi primitif et vital qu'un Pollock, le peintre américain de l'expressionnisme abstrait. De grands bisons noirs, un immense cheval qui semble sortir des profondeurs de la grotte, plus loin, 17 rhinocéros groupés et, à leur gauche, un renne et quatre grands lions... Ici, les animaux dangereux, qui ne figuraient pas au menu des dessins paléolithiques, sont largement majoritaires. Ils sont dessinés aux charbons sur une paroi humide. Tandis qu'à Lascaux, il s'agit de polychromie sur paroi sèche. Une difficulté d'exécution qui rend la production artistique plus remarquable encore.

Une osmose plastique ? L'usage constant de l'estompe et les recherches de perspectives sont étonnants à Chauvet. "Ça a été un vrai choc, dit Barceló. On sent bien que l'artiste a appris la technique au fur et à mesure. Je l'imagine préparer la surface, et surtout, estomper, pour donner du relief à la représentation. C'est une trouvaille !" D'Altamira à Goya ou Velasquez, de Picasso à Tapiès ou Schnabel, rien aux yeux de Barceló n'égale la puissance d'expression inhérente aux bestiaires de la Grotte Chauvet. Il se projette volontiers dans le corps de ces artistes aux doigts habiles qui perforent l'argile.

"Des artistes dont l'un d'entre eux pourrait bien être... une femme ! Elle serait même l'artiste majeur du site", affirme Miquel Barceló pour qui l'environnement de la grotte est particulièrement féminin. Une main avec un doigt cassé a permis d'identifier l'auteur des plus belles réalisations. Et si la femme à la tête de bison était un autoportrait ?

"Nous avons perdu cette empathie de l'homme à l'égard de l'animal, et ce, dès Lascaux. Le portrait de la lionne est un chef d'œuvre. Le détail anatomique de sa narine frémissante relève d'un grand sens de l'observation. Il n'y avait pas la BBC à l'époque pour visionner des documentaires ! A Chauvet, il n'y a pas de lion générique, pas de copié-collé.  » La figure animale est l'un des sujets favoris de Miquel Barceló. Originaire de l'île espagnole de Majorque aux Baléares, l'artiste y possède une ferme et des troupeaux de bêtes. Avec sa femme et son fils âgé de 15 ans, l'homme vit entre Paris, Majorque et le Mali. Dans son atelier, des taxidermies : rhinocéros, sanglier...  des têtes de poissons, de chameau... Sur ses cahiers de croquis, des oiseaux en plein vol, pour le mouvement, des têtes de lions, ce sont des gouaches.

Un geste poétique ? "Chauvet est comme un immense opéra choral où tous les animaux viendraient à danser et chanter, ensemble". En 2006, Barceló est monté sur scène avec le danseur et chorégraphe Josef Nadj pour une performance intitulée "Paso Doble". Le spectacle avait lieu dans la cour d'honneur du Palais des Papes au Festival d'Avignon et mettait en scène les deux protagonistes aux prises avec un mur d'argile. Un recours à la terre, dans la lignée de « Lutter dans la boue » une performance de Kazuo Shiraga, artiste affilié au mouvement Gutai (années 1950). Ce travail autour de Chauvet est aussi l'occasion de revenir aux origines. Loin des écrans plats et de la culture visuelle d'aujourd'hui. "J'ai besoin de me confronter à la peinture, physiquement, d'expérimenter la réalité."
La capacité de travail de Barceló est sans pareil. L'artiste mène plusieurs chantiers en même temps. Sur deux étages, chaque espace est consacré à un travail : dans une pièce, une série de portraits sur fond noir avec une défonce à l'eau de javel, dans une autre, ses travaux de gravure, etc.
En projet pour 2012 : l'édition d'un de ses carnets de dessins accompagnés de poèmes de Michel Butor, la décoration d'une chapelle à l'instar de la Cathédrale de Palma de Majorque, et une exposition à Zurich de ses grandes céramiques réalisées à Majorque. Miquel Barceló est représenté à Paris par la galerie Yvon Lambert.
Reportage (7 mn) en Espagnol

jeudi 2 avril 2015

Chantier beauté monstre : le sujet

 
Léviathan / Geoffrey Cottenceau
Beauté monstre
Séquence corps et métamorphoses
intensiv’projet / avril 2015

Troublant, déroutant, fascinant, merveilleux, fabuleux, fou, anormal, ambigu, étrange, bizarre, hors norme, curieux, phénoménal…

Corps et métamorphoses
Un travail d’exploration plastique qui mène vers l’élaboration d’un sujet de démarche créative.

Planning prévu au départ

> jeudi 26 mai : 1° étape – Réalisation d’un brainstorming collectif et évolutif + étude documentaire (2h)

> lundi 30 mai : 2° étape – exploration-triptyque (6h)
> mardi 31 mai : 2° étape – exploration-triptyque (3h)
> mercredi 1° avril : 2° étape – exploration-triptyque (2h)

> jeudi 2 avril : rendu 2° étape et rendu de l’étude doc. début de la 3° étape – vers un projet (2h)
> mardi 7 avril : 3° étape – vers un projet (3h)
> mercredi 8 avril :  3° étape – vers un projet (2h)
> jeudi 9 avril : 3° étape – vers un projet (2h)

> 10 avril : rendu 3° étape à 10h (deadline absolue)
ATTENTION, planning revu :

rendus mardi 7 avril  en début de cours :
BEAUTÉ MONSTRE
le triptyque accompagné d'une note d'intention et des recherches exploratoires

FENÊTRE SUR COURS
leur intention de projet d'exposition et l'étude de l'artiste
à faire en cours
BEAUTÉ MONSTRE ETUDE DOC
mardi 7 : 3h sur l'étude doc (beauté monstre) et rendu en fin de séance.

BEAUTÉ MONSTRE "VERS UN SUJET"
mercredi 8 (2h) et jeudi 9 (2h) : début de réflexion sur l'étape 3 [travail qui ne sera pas à rendre en fin de semaine, ça ferait trop mais qui pourra être mûri tranquillement et nous trouverons un moment fin mai pour approfondir]


1° ETAPE : ETUDE DOCUMENTAIRE
 

A l'aide de croquis et d'annotations, questionnez le thème « corps et métamorphoses» dans ces trois documents en mettant à l’œuvre vos qualités de synthèse et de réflexion.
Francis Bacon, Self portrait, 1976

Rei Kawakubo : « comme des garçons 97 »

Javier Perez, Rester à l’intérieur, 1996

Javier Perez, Rester à l’intérieur, 1996
Javier Perez, Rester à l’intérieur, 1996
Erwin Wurm, Positions, 2000
Erwin Wurm, Positions, 2000

Définition et approche personnelle, appropriation du thème, questionnements, mises en relations, rapprochements, différenciations, notions, mots clés…
Relation au corps ? Références ? Interprétations, sens et messages ?
2 A3 / toutes techniques

Critères d’évaluation Etape 1 :
Pôle outils et méthodes :  L’élève identifie et utilise les ressources, s’empare des outils d’analyses et de recherche et communique clairement.

>> L'observation est approfondie et permet de repérer des notions de métamorphose en relation au corps

>> des réflexions et questionnements pertinents sont dégagés

Pôle pratique en arts visuels : La variété des modes de représentation, la diversité des outils et les différents signes plastiques sont explorés avec ampleur.  
>> Les croquis, dessins, schémas, mots clés permettent d’exprimer les idées soulevées 
2° étape -  exploration plastique > réalisation d’un triptyque
 

Vous réaliserez : une séquence de 3 images qui suggère une métamorphose liée au corps, en lien avec la thématique beauté monstre.
Les 3 images fonctionnent ensemble (sens, évocation, cohérence, narration, cadrage, thème…). La composition sera un élément important pour la mise en relation signifiante.

Vous écrirez une petite note d’intention de quelques lignes définissant l’essentiel de votre approche, les notions retenues. 

Dimensions : 3 carrés de taille identique min. 20 cm, maxi 40 cm

Techniques : dessin, peinture, collage, frottage, photo, photomontage, intégration de matériaux extérieurs, léger relief possible.
Mixage de techniques et/ou hybridation de matériaux
Travail de la matière et des textures

Support : canson, carton

Critères d’évaluation Etape 2 :
Qualités et richesse de l’expression plastique
Singularité, originalité de l’approche en lien avec le sujet

Cohérence de l’ensemble

TSTD2A 2014/15 : récapitulatif

1STD2A 2014/15 : retour en arrière

 

1STD2A Chantier archéologie

1STD2A Chantier Siéger

1STD2A Chantier Cabinet de curiosités

1STD2A Chantier autopsie

1STD2A programme & démarche



lundi 30 mars 2015

Séquence diorama : Les diorama(s) sont réalisés



 
Ça y est, les diorama(s)s sont réalisés.
De belles heures de travail de plus en plus efficaces.
De beaux scénarios qui se matérialisent par une succession de plans dans l'espace "théâtral" d'une boite A3, à la recherche des principes de la perspective.
Une grande variété d'approche, des plus illustratives aux plus conceptuelles.
Certaines écritures graphiques qui se précisent ou sont volontairement explorées.

Ne reste plus qu'à faire des photographies dans le "studio de prise de vue" pour faire jouer les lumières sur les différents plans et transposer ce travail 3D en 2D.
---------------------------------------------

Voir un diaporamo (presque) complet



samedi 28 mars 2015

Comment naissent les idées [démarche AA]

COMMENT NAISSENT LES IDEES
Démarche d'arts appliqués

A partir des commentaires de la séquence Tête à Tête (1STD2A)
+
A partir d'un bilan d'étapes projet 75 heures (TSTD2A)

Marc Vayer / Anne Claire Gillot
---------------------------------------
Voir l'article "lancement de recherches" Tête à Tête.

---------------------------------------

Séquence démarche créative Tête à Tête (1STD2A)
 
Vocabulaire :
Les origines du mot design = deseing = représenter & désigner = dessin + dessein

Des remarques très intéressantes dans l'échange autour de ce que peut être le design :
  • "que quelque chose soit là"
  • "voir un objet autrement, se l'approprier"
  • "une façon de voir les choses"
  • "décrire un objet à partir de notre vision du monde"
Le terme objet désigne pas uniquement quelque chose de matériel ou de concret, mais aussi ce sur quoi porte une activité complète, un objet d'étude...

Ainsi, il est très important de pratiquer assidument l'observation l'immersion dans un contexte.
"Nous sommes des éponges" dit Anne-Claire

De l'analyse vers des intuitions
Des manipulations plastiques vers des intuitions
Des expérimentations vers des intuitions

Des intuitions vers des hypothèses par l’interrogation

Des hypothèses vers la formulation d’idées en passant par des phases de vérification, de validation.

Des phases :
 
De bons croquis qui permettent de facilement nommer les positions, les postures [Carole]
De bons croquis qui permettent de facilement nommer les positions, les postures [Carole]
La phase de représentation des postures Tête à tête (T.P.) était importante à prendre en compte :
  • non seulement pour la qualité des représentations du corps humain (silhouette, proportions,…) = conserver ce niveau de qualité dans les carnets (ce n’est pas parce que c’est de la « recherche » que les croquis doivent être considérés comme des « formes informes »)
  • mais aussi parce qu’il avait été demandé d’associer aux postures des mots, des verbes descriptifs de la situation.
  • Il fallait donc articuler la recherche à l'étape d'observation, sinon les propositions/intuitions restent des anecdotes, des gadgets, on ne sait pas d'où ça vient, c'est gratuit, ça n'a pas de raison d'être sinon remplir les carnet (de recherche).
Cette étape — lorsqu’elle a bien été réalisée et repérée comme une des étapes du travail global — a bien servi à ceux et celles qui l’ont utilisée. C’était une base analyse/création très utile, c'est le fondement de la recherche.

Le travail de formulation autour des postures est réalisé. C'est une bonne base qui permet de poursuivre le travail. [Typhanie]

Les apports documentaires, dans le carnet de recherches, ont été très intéressants pour saisir comment les intuitions ont émergé. Cet apport documentaire était demandé dans le sujet — et trop peu souvent respecté.

Un travail d'analyse documentaire qui va permettre de compléter ou de préciser des intuitions futures [Malo]

Dans la démarche d’arts appliqués, il y a toujours, dans une proportion plus ou moins importante, une phase d’enquête. Dans ce sujet, il fallait définir où elle se situait.

Hiérarchiser les informations dans les schémas heuristiques (de pensée) et/ou mettre en valeur, a posteriori, après avoir travaillé, ce qui a été réellement effectué ou a bien fonctionné.

Du "schéma de pensée" vers le diagramme/programme de travail avec indexation [Maëlle R.]
Ue diagramme/programme de travail très efficace pour décrire la démarche, avec indexation [Marie]

Une intuition/idée, quelle qu’elle soit, doit être ré-interrogée.

Cette intuition/idée pourra être aussi DOCUMENTEE.

Une intuition peut émerger de la manipulation / expérimentations plastiques.

Le plus souvent, l’expérimentation plastique consiste à explorer les contrastes des 4 grands signes plastiques : contraste de formes, contraste de couleurs, contraste de textures, contraste de composition.

Autour des "formes" [Dorian]
Autour des "formes" [Dorian]
Autour des "formes" [Elodie]
 Comment faire ?
  • pour que les « manipulations plastiques », les « expérimentations » déclenchent des intuitions
  • que ces intuitions soient tout de suite considérées comme des hypothèses que l’on interroge
  • et qu’on en vérifie la justesse ou la qualité en les confrontant aux paramètres des sujets (ici, le duo, l’hybridation, la plasticité des corps, la diversité des usages)
Explorer, évoquer des hypothèses, c’est tâtonner, montrer qu’on tâtonne, revenir en arrière dans ce qu’on proposait, « amender » une proposition antérieure. Ré-interroger une proposition, c’est, au sens propre, poser des questions à son propre travail.

Garder les intentions et explorer les possibles.

Explorer les possibles, c'est aller aussi au bout des intentions Ici, le tête à tête qui détermine la notion d'imbrication des corps. [Yuna May]
Explorer les possibles, c'est aller aussi au bout des intentions Ici, le tête à tête qui détermine la notion d'imbrication des corps. [Yuna May]
Explorer les possibles, c'est aller aussi au bout des intentions Ici, le tête à tête qui détermine la notion d'imbrication des corps. [Yuna May]

Ne pas se disperser, ne pas mélanger les types d’interrogations en cours de vérification de l’hypothèse : séparer (ou hiérarchiser) les interrogations sur la forme, les matériaux, les hybridations, les contrastes, les contrastes de composition des éléments. Les notions de « duo » + « hybridation » auraient du amener « naturellement » à des interrogations et à un travail sur les contrastes = formes, matériaux, position des corps.

Distinguer les niveaux de réflexion et choisir les bons modes de représentation. [Léa]
Distinguer les niveaux de réflexion et choisir les bons modes de représentation. [Sean]
Distinguer les niveaux de réflexion et choisir les bons modes de représentation. [Sean]
Il y a sans doute une check-list méthodologique à mettre en place : c’est une partie de la construction d’un programme de travail : respecter les différentes phases de la démarche, prendre réellement en compte ce qui est demandé dans le sujet, …

Vérification de la validité de l'intuition par une typologie des postures liées au système de l'objet imaginé. [Emilie B.]
Vérification de la validité de l'intuition par une typologie des postures liées au système de l'objet imaginé. [Emilie B.]

Moyens pour faire valoir ses intuitions :
  • croquer/décrire l’objet
  • dessins techniques (utilisation de codes de représentations techniques)
  • confronter à des situations ou exemples connus (références)
  • scénariser des usages
Rassemblement synthétique, sur 2 pages du carnet, des différents moyens de faire valoir son intuition. [Juliette]


------------------------------------------------------------------
Bilan d'étapes projet 75 heures (TSTD2A)

Sur ce projet de 75 heures, chacun partait d'un référent d'origine (référent pioché dans une bibliothèque d'objets des années 1980-90)
Du référent ont été extraient des signes, des codes, des principes, des types d'usages, etc.
Ces références donnaient donc des orientations pour travailler la suite du projet.

Quelle(s) posture(s) de travail adopter pour que naissent les idées ?

L'enquête
  • sur le terrain (un terrain d'étude) / contexte ou professionnel
  • interviews
  • typologies (thèmatique, fonctionnelle, technique)
Recherche et analyse documentaire
  • techniques industrielles ou artisanales
  • sur les contextes
  • SURTOUT PAS de la documentation sur des réponses déjà existantes ou que l'on croit déjà des réponses.
Explorations plastiques
  • Toujours les 4 grands signes plastiques : contraste de formes, contraste de couleurs, contraste de textures, contraste de composition.
Recherches hypothèses au moyen
  • de croquis
  • de maquettes
  • d'infographies
  • de photographie (collages photomontages)
  • de vidéo
Outil annexe : établissement d'un lexique au fur et à mesure des recherches.

Ces quatre grandes parties sont à considérer comme une boite à outils à utiliser non-chronologiquement, mais au gré du travail qui avance.



Ce qui est produit dans ce projet de 75 heures, c'est un processus créatif — qui consiste à chercher des réponses à un problème posé. C'est sur ce processus créatif qu'il faut communiquer, les réponses en elles-mêmes n'étant que des hypothèses plus ou moins justes, plus ou moins crédibles, plus ou moins adaptées...